Les évadés

Partir de la descente vers la ligne. Rémi Pété et Quentin Bonnetain ne sont pas les premiers à tenter cette aventure. Pour certain elle a été couronnée de succès, pour d’autre elle a été plus nuancée, mais beaucoup s’y sont cassés les dents.


Loïc Vynisale, champion du monde classique en 2010, a tenté l’aventure. Pour lui le succès n’a pas été au rendez-vous. Il revient sur son parcourt.


Quentin Bonnetain et Rémi Pété s’échappent vers de nouveaux horizons. On ne les comptera plus parmi les meilleurs descendeurs mondiaux dorénavant. Respectivement Champions du Monde Sprint en 2014 et Champion d’Europe classique 2011, vice-champion du monde classique 2012. C’est en course en ligne qu’ils tenteront leur chance. Qu’est-ce qui pousse les K1 hommes à partir sur ce chemin semé d’embûches qu’est la transition vers la course en ligne ? Le goût du challenge, amour de la discipline ou les charmes de l’Olympe ?

Rémi Pete lors des mondiaux de 2012 C.P: Green Touch Picture

 « Je cherche un nouveau challenge, s’exprime Rémi Pété, j’aime la position d’outsider et je ne l’avais plus en descente. On m’attendait sur les courses. » Pour autant, le champion d’Europe et multiple vice-champion du Monde ne laisse pas complètement tomber la descente : « Je suis Champion de France en titre et je vais donc le remettre en jeu sur les prochains championnats, explique-t-il, tant que je gagne je joue. » Mais, il l’avoue, mener de concert deux disciplines dans la même saison est très compliqué. Il ne fera donc pas l’animation nationale descente.

Il n’y a pas que les J.O

 L’olympisme est dans un petit coin de sa tête, mais ce n’est pas là sa motivation principale. Partir dans cette nouvelle discipline lui ouvre de nouveaux horizons : « L’équipage me plaît beaucoup, ne plus être seul pour réaliser une performance. » Il a fait un stage avec le pôle course en ligne à Toulouse. Une semaine qui lui a permis de prendre la mesure du travail qui l’attend, « Je manque d’explosivité sur les départs, c’est pour cette raison que je vise plutôt le 1000 m que le 200 m.»
De la persévérance, mais surtout un bon entourage. Pour l’occasion, il est parti chercher des conseils. « Il y a toujours Wilfried Picard (son entraineur de toujours), Frédéric Rebeyrol (entraineur descente du pôle de Toulouse) me suit quand je suis sur Toulouse et Ismaël Richard se charge de ma préparation physique », voilà pour le noyau dur qui entoure Rémi dans sa nouvelle Quête.

Quentin bonnetain
Quentin Bonnetain C.P: http://www.quentinbonnetain.fr/

 Quentin Bonnetain avait déjà cette idée en tête depuis plusieurs années. « J’attendais de faire une médaille en descente avant de me lancer, résume-t-il, c’est une discipline que j’ai envie d’essayer, mais après avoir réussi mon objectif en descente. » Pourtant, il a eu des moments de doute. En 2013, après sa 6ème place aux championnats du monde il pensait déjà « à la reconversion ». Mais c’est à la suite de discussions avec Frédéric Rebeyrol qu’il décide de continuer l’aventure en descente. Bien lui en a pris puisqu’il a décroché le titre suprême en sprint en 2014. Pour lui, il y a bien sûr les Jeux Olympiques, mais côtoyer la crème des ligneux sur le pôle de Toulouse et l’équipage sont autant de moteurs dans sa nouvelle aventure en course en ligne. « En descente, tu es dans ta bulle, explique-t-il, il y a bien les patrouilles, mais ce n’est pas la même chose, tu es toujours seul dans ton bateau. » Ainsi la recherche d’équipiers serait un motif de transition. « Une envie de partager une performance à plusieurs » conclut-il.

Une idée qui date

La ligne comme débouché de la descente n’est pas une idée nouvelle. Bâbak Amir-Tahmasseb
(Champion du Monde Junior de descente en 94 et champion du monde de course en ligne en 2005) et Vincent Olla avaient déjà ouvert une brèche fin des années 90. L’arrivée de Boris Saunier (Double Champion du Monde descente sur la Sesia) et Olivier Boukpeti (membre de l’équipe de France descente) rendent la frontière entre les deux disciplines plus perméables.

« En 2002, après les championnats du Monde, je voulais aller plus loin, explique Boris Saunier, l’idée de faire de la ligne pour aller aux Jeux Olympiques m’avait déjà traversé la tête. » Antoine Goetschy (Champion du Monde de descente en 87), DTN de l’époque, finit de le convaincre. « Il voulait amener l’esprit de la descente et sa culture en ligne, s’exprime Boris, faire renouer la discipline avec la gagne. » Les débuts de Boris et Olivier en équipe sont un peu chaotiques : « Il y avait une image de la descente peu flatteuse en équipe de course en ligne, mais il y avait aussi Bâbak qui nous a bien aidés à défricher le terrain et à changer tout ça. » Il faut dire que Boris a réussi à se qualifier dès la première année en équipe senior. «Aujourd’hui si je devais refaire ce parcours ça serait sans hésitation, même si au cours de ces années j’ai toujours eu mal aux fesses et une grosse gîte en bateau de ligne. »

« De meilleurs moyens techniques »

La consécration arrive bien plus tard avec Arnaud Hybois (Champion du Monde de descente en 2004 et 3ème en 2006). L’objectif est clair : aller aux jeux. Mais pour lui, la ligne n’est pas une découverte. « La préparation hivernale en descente se faisait beaucoup en ligne, ce qui n’était pas le cas pour Boris et Olivier, raconte-t-il, personnellement la confrontation directe en compétition a été un challenge.» De plus, le travail d’intégration était déjà fait. « J’ai été bien accueilli en équipe de ligne, Boris et Olivier avaient fait le travail en amont. »

Arnaud souhaite performer vite. « Au-delà du passé sportif d’Arnaud c’est son mental qui est impressionnant, explique Jean-Pascal Crochet (entraineur national C.E.L), le format des courses CEL est presque mieux adapté pour lui que la course contre la montre en descente. » Un pari réussi puisqu’Arnaud intègre l’équipe senior en 2007 et décroche son ticket olympique dès 2008. « Après les J.O de Pékin, j’étais un peu déçu ! Même si le fait d’y avoir été était déjà un grand pas. En 2012, ça l’a été encore plus : faire 2 saisons au sommet du 200m et ne pas arriver à concrétiser le jour J.» Arnaud Hybois n’est donc pas arrivé au bout de sa quête et compte remettre le couvert pour les J.O de 2016.

Au-delà de l’olympisme, pour Jean-Pascal Crochet, le phénomène s’explique plus simplement. « Il y a plus de moyens techniques possibles en course en ligne. » Il est vrai qu’en descente les sportifs mettent généralement fin à leur carrière à la fin de leurs études (vers 25 ans, NDLR). En ligne, les carrières sont plus longues et la mise en place d’aide (CIP,
etc…) est plus facile. «Cela permet une meilleure appréhension de la vie de sportif de haut niveau et une carrière plus sereine.»

Theodore Heitz


Le plan Goetschy

Antoine Goetschy, DTN jusqu’en 2005, espérait permettre
des transitions entre les différentes disciplines. « Pour moi
ce sont nos différences qui nous rendent fortes, explique-til,
un poloïste est capable de faire des relances ce qui peut
être utile en slalom ou en descente. Il y a des techniques à
chercher dans chaque discipline qui peuvent être des pistes
dans d’autres. » Dans son idée, il aurait aimé voir plus d’athlètes
comme Michel Chapuis (médaillé olympique en 1964
à Tokyo en CEL et champion du monde en descente en
1969) et quelques autres après lui. Il avait gardé à l’idée que
les disciplines avaient évolué. « Je souhaitais mettre en place
une approche multidisciplinaire dans le Canoë-Kayak, renchérit-
il, les pagaies couleurs, les pôles pluridisciplinaires,
tout cela faisait partie de cette évolution. » Si l’idée était
bonne, elle ne semble pas avoir prise sur le terrain, ou du
moins pas comme il l’espérait. « Je suis parti trop tôt dans le
projet. » Une idée très complexe à mettre en place, mais qui
sur le papier est loin d’être mauvaise.

Theodore Heitz



Catégories :Actu

Tags:, , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :